Menu

La dernière stratégie de Wade



La dernière stratégie de Wade

Derrière le boycott des prochaines présidentielles annoncé par Me Wade, se cache une manière de faire pression sur le pouvoir, pour que son fils, Karim Wade, puisse venir se présenter. «En réalité, le pape du Sopi, a compris qu’il était légalement hors course pour briguer la magistrature suprême car la nouvelle Constitution limite l’âge des candidats à 75 ans. Alors il se pose un énorme problème, sans lui qui est le candidat ». Depuis la fin des législatives, Wade dit en privé que son fils a quelque chose à jouer. «Il a déjà saisi des amis à l’étranger pour essayer de mettre la pression sur le régime actuel ». Le but de la dernière stratégie qu’il a mise en place c’est de « créer une tension très vive au Sénégal en remettant en cause le processus électoral et contraindre la communauté internationale à s’intéresser sur ce dossier pour que celle-ci demande au gouvernement de désigner une commission indépendante qui va organiser les élections ».

 

Ou au mieux pour Wade obtenir des plages de négociations avec Macky Sall. Selon l’entourage présidentiel, Sall ne cédera a aucune forme de chantage de l’ancien président. «Les propos de ce dernier l’ont fait même rigoler ». «Tant pis si le PDS boycotte les élections ». En effet, Macky Sall et son régime sont déterminés à organiser les élections, comme le prévoient les lois et règlements du pays. «Certes, il y a eu des difficultés mais la différence de 1 million de voix entre le premier et le second montre qu’il n’y a aucun problème dans la sincérité du scrutin ». Comme pour dire que les manoeuvres déclenchées par Wade « ne sont nullement prises en compte par le régime qui est en train de travailler à finaliser le processus électoral actuellement en cours ».

 

Les stratèges du pouvoir ont compris que face à un schéma d’absence de candidat crédible  pour le Parti démocratique sénégalais et ses alliés, Wade va faire feu de tout bois pour remettre son fils dans le jeu. Et son seul moyen de pression est d’utiliser la communauté internationale. Mais c’est peine perdue. Le vieux a perdu l’essentiel de ses amis au plan international. « Ouattara qui était un de ses derniers soutiens ne le décroche plus au téléphone. Quant au roi du Maroc, les ponts sont coupés depuis longtemps ». «Il ne lui reste encore des soutiens que chez les qataris ». «Mais l’essentiel des souverains arabes lui ont tourné le dos ». 

 

En France, son ami Sarkozy est en retrait de la vie politique et le système a complètement changé. «Il ne connait plus personne ». Ne parlons pas des Etats Unis où depuis Bush fils, Wade n’a plus aucune entrée. Au sein de l’Union africaine également, Alpha Condé règle toujours ses comptes avec lui, ne lui pardonnant pas d’avoir aidé et soutenu un de ses adversaires. «Bref, c’est un Wade sans soutien véritable au plan international qui veut lancer une opération en direction des partenaires du Sénégal pour faire pression sur Dakar ».

 

Reste que ce combat est également trop risqué pour lui. «Il risque de perdre sa coalition car beaucoup parmi ses alliés, surtout Pape Diop, pensent qu’ils peuvent être candidat de la coalition Wattu en l’absence de Wade et ces derniers ne sont pas prêts à accepter le schéma Karim Wade qui n’a aucun sens politique ».







Recevoir Le Soir par mail